Méditerranée : 95% des aires marines protégées ne le sont pas assez, selon le CNRS

Une équipe de chercheurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) a montré que 95% de la surface des aires marines protégées, ne le sont pas assez au regard de l’activité humaine qui y est constatée.

Présente dans tous les océans, la France dispose du deuxième espace maritime mondial avec 10 % des récifs coralliens et 20 % des atolls de la planète. Pour protéger la biodiversité marine et les services rendus par les océans, la France a ainsi choisi de mener une politique volontariste de création et de gestion d’aires marines protégées dans toutes ses eaux, métropolitaines et ultra-marines.

Mais les résultats d’une récente étude menée en Méditérannée illustrent un certain paradoxe, en pointant les insuffisance de la protection de ces zones.

Qu’est-ce qu’une aire marine protégée ?

Les aires marines protégées sont des espaces délimités en mer qui répondent à des objectifs de protection de la nature à long terme. 

En juillet 2019, 23,5 % des eaux françaises sont couvertes par au moins une aire marine protégée. L’objectif fixé à 20 % à horizon 2020 – deux fois supérieur aux engagements internationaux – est d’ores et déjà atteint.

Dans la continuité du travail réalisé par l’Agence des aires marines protégées de 2006 à 2016, la politique de création et de gestion d’aires marines protégées est désormais mise en œuvre par l’Agence française pour la biodiversité, établissement public sous tutelle du ministère de la Transition écologique et solidaire.

546 aires marines protégées ont été créées en métropole et outre-mer. Parmi celles-ci, neuf parcs naturels marins ont vu le jour depuis 2007, six en métropole et trois outre-mer : Iroise, Mayotte, Golfe du Lion, Glorieuses, Estuaires picards et mer d’Opale, Bassin d’Arcachon, Estuaire de la Gironde et mer des Pertuis, Cap Corse et Agriate et, le dernier en date, Martinique. En Nouvelle-Calédonie, le parc naturel de la mer de Corail, créé le 23 avril 2014, est la plus vaste aire marine protégée dans le monde avec une superficie de 1,3 million de km², soit deux fois et demie la superficie de la France métropolitaine.

Les aires marines insuffisamment protégées

Les résultats d’une étude récente, menée par des scientifiques du Centre de recherche insulaire et observatoire de l’environnement (Criobe, CNRS/UPVD/EPHE) et du Royal Belgium Institute of Natural Science, ont été publiés dans la revue One Earth le vendredi 24 avril.

« En évaluant les 1062 aires marines protégées de la mer Méditerranée, recouvrant 6% du bassin méditerranéen, une équipe de recherche dirigée par le CNRS a montré que 95% de la surface de ces aires est dépourvue de réglementations suffisantes permettant de réduire les impacts humains sur la biodiversité », explique le CNRS sur son site.

Les chercheurs soulignent : « Inégalement réparties entre les frontières politiques et les écorégions, les aires marines protégées ayant des niveaux efficaces de protection ne représentent que 0,23 % du bassin méditerranéen ».

«  Les efforts actuels sont insuffisants pour gérer les activités humaines en mer Méditerranée et que les niveaux de protection devraient être augmentés pour une réelle conservation de la biodiversité marine », concluent-ils.

Les résultats de cette étude, qui s’inscrivent dans le cadre du programme « modélisation et scénarios de la biodiversité » animé par la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB), sont publiés dans la revue Plos One le 8 juillet 2013.

Référence de l’étude : Underprotected Marine Protected Areas in a Global Biodiversity Hotspot