L’Etat va utiliser des drones pour contrôler les atteintes à l’environnement

Depuis le debut du confinement, l’Office Français de la Biodiversité a constaté plus d’une vingtaine de faits d’atteinte à l’environnement comme des arrachages de haies ou des destructions d’affleurements rocheux. L’Etat veut utiliser des drones pour constater et réprimer ces actes.

Selon France 3, l’Office Français de la Biodiversité a relevé une recrudescence des infractions en Bourgogne Franche-Comté notamment. A la mi-avril, le collectif  Pour les paysages du Massif Jurassien a écrit au préfet et SOS Loue a lancé l’opération “Sentinelles de nos rivières”. 

Le préfet du Doubs a confirmé le 24 Avril 2020 ces atteintes à l’environnement et a demandé à ce que “les contrôles s’intensifient” tout en recommandant la plus grande fermeté dans le traitement des infractions.

Hausse des constatations d’atteinte à l’environnement

Dans un communiqué Joël Mathurin, a également précisé la nature des moyens employés pour faire la police et veiller à l’intégrité de notre environnement.

Le préfet, représentant de l’Etat sur son territoire, a préconisé l’utilisation accrue des drones dans le cadre de contrôles viseuls aériens afin d’être en mesure de “caractériser plus finement les signalements et consolider les procédures” en vue de mettre un terme aux atteintes à l’environnement.

Paradoxallement, le confinement laisse le champ libre aux personnes mal intentionnées. En effet, les défenseurs habituels de l’environnement ne peuvent plus arpenter les espaces naturels puisqu’ils sont, comme nous tous, confinés chez eux.

L’absence de ces véritables sentinelles de la nature sur le terrain pourrait ainsi laisser penser aux personnes peu scrupuleuses qu’elles ont le champ libre pour bafouer le code de l’environnement. Or on sait par ailleurs que le Coronavirus symbolise déjà l’impact de l’Homme sur la nature.

On espère que le recours aux drones pourra, en partie, compenser l’absence de ces “voisins vigilants”.

Le confinement complique la mission de l’OFB

Début 2020, un nouvel organisme a été créé pour regrouper l’Agence de la biodiversité et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage au sein de l’Office de la Biodiversité. C’est donc désormais l’OFB qui a la responsabilité de la police de l’environnement. Un organisme qui doit à la fois assurer la sécurité de ses 130 agents sur le terrain en Bourgogne Franche-Comté en leur demandant de rester chez eux et qui doit aussi continuer ses missions de contrôle. 

Les agents de l’OFB ne peuvent donc plus intervenir que pour certaines missions comme :

  • Pollutions ayant un impact potentiel important sur les milieux, la faune, la flore ou la ressource en eau potable
  • Accidents graves de chasse
  • Saisies d’espèces protégées
  • Surveillance et police sanitaires des maladies réglementées
  • Constats de dommage, suivi des populations et récupération de cadavres de grands prédateurs.