Produits BIO : UFC-Que Choisir dénonce les marges exorbitantes des distributeurs

 

Dans une étude publiée ce mardi, l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir, publie une étude sur le prix des fruits et légumes.

L’association relève qu’en moyenne, un panier bio est 79% plus cher que son équivalent en produits conventionnels et pointe le niveau des marges appliquées par les enseignes comme principale cause de cet écart.

Une étude accablante

Le constat est très sévère. En quelques heures, les enseignes ont réfuté en coeur les conclusions de cette enquête d’UFC-QueChoisir.

L’association pointe « non seulement l’indigence de l’offre, mais également l’existence d’une politique de marges très élevées » en particulier sur les produits bio.

Dès lors la distribution de fruits et légumes issus de l’Agriculture Biologique serait davantage une opération lucrative (si les prix sont aussi élevés qu’annoncés) et une vaste entreprise de communication, les distributeurs ne manquant jamais une occasion d’orienter leurs publicité ssur la qualité des produits proposés dans leurs rayons.

Les produits BIO surfacturés

Pour dénoncer les «promesses» non tenues des grandes enseignes de la distribution au rayon bio, UFC Que-Choisir relève notamment le surcoût plus que significatif de la consommation Bio : sur une année, un ménage français dépensera 660 euros en moyenne en fruits et légumes exclusivement bio, contre 368 euros pour les équivalents en conventionnel.

Pour faire ce constat, l’association a retenu 24 produits biologiques représentant l’équivalent de 88% de la consommation globale de fruits et légumes des Français afin d’établir un panier représentative des habitudes de consommation de la population française.

Parmi ceux-ci, la pêche (+151%), le poireau (+143%) et la pomme (+132%) occupent le podium au palmarès des surcoûts établi par l’UFC-Que Choisir.

Or l’étude rappelle évidemment que :

«si les coûts de production sont plus élevés en bio qu’en agriculture conventionnelle (rendements plus faibles, main-d’œuvre relativement plus importante, coûts des contrôles et de la certification…), ceci n’explique qu’à peine la moitié du surcoût payé par les consommateurs».

Les enseignes responsables 

D’après UFC-QueChoisir, les « tarifs prohibitifs » s’expliquent par les « marges exorbitantes » pratiqués par la grande distribution sur les produits issus de l’agriculture biologique : 46 % du surcoût du bio proviendrait ainsi des marges additionnelles réalisées sur le bio dans les grandes surfaces.

En moyenne, l’association estime que «les marges brutes sur les fruits et légumes sont deux fois plus élevées (+ 96 %) en bio qu’en conventionnel».

Moralité : on se fait presser comme des citrons ! Mais est-ce bien une surprise ?

Via

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *