Le bitcoin serait un désastre écologique

Selon la plateforme Digiconomist, réaliser une transaction avec Bitcoin demanderait autant d’énergie que la consommation hebdomadaire d’un foyer américain. Pire, la croissance du cours de la monnaie virtuelle augmenterait les besoins en énergie.

L’écosystème de la cryptomonnaie se situe juste entre le Nigeria – la plus grande économie d’Afrique – et le sultanat d’Oman en termes d’énergie consommée.

Ainsi, le bitcoin monopoliserait déjà 0,12% de la consommation électrique mondiale.

Dans le détail, les chiffres sont encore plus affolants: une transaction en bitcoins nécessite autant d’énergie que celle consommée par un foyer américain en une semaine.

Comme l’explique le créateur de l’indice de la consommation d’énergie du bitcoin à Vice / Motherboard, on peut obtenir une estimation de la consommation énergétique en calculant la rentabilité de la création d’un bitcoin.

Une monnaie virtuelle aux conséquences réelles

Cette monnaie virtuelle est en effet « minée » par les ordinateurs de centaines de milliers d’utilisateurs à travers le monde. Mais, plus le prix est élevé – et il vient d’atteindre un nouveau record à près de 8000 dollars –, plus ces utilisateurs estiment « rentable » de consommer de l’énergie pour en créer.

Le système actuel sur lequel fonctionne le bitcoin est donc «insoutenable» selon Digiconomist. Cette consommation effrénée s’explique notamment par le fonctionnement du principe de «Proof-of-work» qui sous-tend le principe du Bitcoin.

Ses utilisateurs –les «mineurs» – doivent doivent en effet résoudre des problèmes complexes à l’aide de logiciels spécialisés (eux mêmes opérés par des ordinateurs puissants et gourmands en énergie) pour valider les transactions et débloquer ainsi des bitcoins – leur rémunération pour ce travail de validation –, ce qui demande beaucoup d’énergie de calcul.

DN-X9xxWsAYyTF-.jpg-large.jpg

 

L’ensemble du réseau bitcoin consomme l’équivalent de 2,4 millions de ménages américains, contre 0,9 million pour l’ether, une autre monnaie virtuelle très en vogue.

A propos du bitcoin

Comme un site spécialisé l’a très simplement résumé : on peut comparer la résolution des problèmes donnant lieu à une rémunération en bitcoin à un cadenas dont il faudrait trouver la clé parmi des millions de clés.

Avec la popularité du système et le temps passant, les calculs sont devenus de plus en plus complexe et donc le temps nécessaire à la résolution augmente. Il faut donc de plus en plus d’énergie pour débloquer des bitcoins.  Les «mineurs» tendent également à se suréquiper en matériel informatique, qui à son tour augmente l’énergie consommée.

2 réflexions sur « Le bitcoin serait un désastre écologique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *