Sea Shepherd stoppe sa guerre contre les baleiniers japonais

Sea Shepherd, qui mène la guerre aux navires tueurs de baleines, déclare la fin de son combat contre les baleiniers japonais, dont le niveau d’équipement est trop important pour être contré. C’est un aveux de faiblesse de la part de l’association fondée par Paul Watson.

Après des années de lutte en pleine mer, Sea Shepherd admet sa faiblesse face à la puissance grandissante des baleiniers japonais, qui disposent selon l’association d’une « technologie de niveau militaire » pour localiser ses bateaux d’enquête par satellite afin de mieux les éviter.

L’interruption forcé du combat

Dans une déclaration publiée le 28 août, Paul Watson, le fondateur de Sea Sheperd annonce l’arrêt du sabotage des baleiniers japonais qui sillonnent l’océan Austral et massacrent les baleines.

« Dans leurs efforts pour contrer l’action de Sea Shepherd, les baleiniers japonais ont doublé leur zone de chasse, ils ont donc plus de temps et plus d’espace pour tuer (…) Nous avons découvert que le Japon utilise désormais la surveillance militaire pour observer les mouvements de nos bateaux en temps réel par satellite. S’ils savent où nous sommes à tout moment, ils peuvent facilement nous éviter… Nous ne pouvons rivaliser avec leur technologie de niveau militaire. »

Fondée en 1977, l’organisation Sea Shepherd s’est donnée pour but de « mettre fin à la destruction de l’habitat et au massacre de la faune marine pour conserver et protéger les écosystèmes et les espèces« .

Gizmodo rappelle que, depuis 12 ans, l’ONG pirate sabote méthodiquement l’action des navires baleiniers japonais. En plus des tentatives d’arraisonnement régulières en plein océan Austral, Sea Shepherd a développé un ensemble de tactiques pour enquêter, documenter et empêcher les activités illégales aboutissant au massacre de baleines.

Pour l’heure, Seapherd est malheureusement contraint de faire machine arrière, les contre-mesures utilisées par le Japon pour contrer leurs méthodes d’action s’avérant trop efficace à date.

Mais Paul Watson ne s’avoue pas vaincu, il assure déjà que Sea Shepherd tente de trouver une nouvelle méthode de sabotage de l’action des baleiniers japonais. De son coté, le gouvernement nippon reste prudent suite à cette déclaration et indique à Reuters rester vigilant.

Les navires de l'ONG Sea Shepherd sont en alerte

Une chasse faussement « scientifique »

Si la chasse à la baleine à but commercial est interdite depuis 1982, la Commission Baleinière Internationale a laissé une exception pour les missions de recherche scientifique.

Grâce à cette faille, le Japon et quelques autres pays friands de la viande de baleines dissimulent leurs activités illégales derrière une façade scientifique, selon les informations collectées par Sea Shepherd.

En 2014, une cour de justice internationale a ordonné l’interruption de toute activité baleinière japonaise pendant un an, suite à une mission dans l’Antarctique qui ne respectait pas les nécessaires « caractéristiques scientifiques ». Mais cette pause n’a duré qu’un an, et le Japon a repris ses chasses en 2016 et 2017.

La prochaine mission « scientifique » du Japon doit démarrer au début de l’hiver pour capturer 333 baleines. L’Institute of Cetacean Research, à l’origine de ces missions, en est à la moitié d’un programme de 12 ans qui aboutira au massacre de 4 000 baleines au total.

via TheGuardian

Une réflexion sur « Sea Shepherd stoppe sa guerre contre les baleiniers japonais »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *