A Songdo, un aperçu de la ville hyperconnectée du futur

Songo, la ville du futur en Corée du Sud

Pour un budget total d’environ 35 milliards de dollars, les sociétés Gale International (un fond d’investissement immobilier américain) Posco (un groupe coréen, quatrième producteur d’acier mondial) et la banque Morgan Stanley ont créé à Songdo un véritable laboratoire d’expérimentation à ciel ouvert.

Aujourd’hui, Songdo s’étend sur 610 hectares afin de créer un modèle de ville du futur… exportable dans toute l’Asie dès l’année prochaine.

La ville de Songdo est ultra connectée, bardée de capteurs et d’ordinateurs et cette « smart city » a déjà des airs de métropoles ultra-modernes, comme New-York, Séoul ou Sydney.

On y trouve de grands parcs, de larges avenues et des grattes-ciel…

Songo, la ville du futur en Corée du Sud

Songdo se trouve dans la zone économique spéciale d’Incheon au sud ouest de Séoul, la capitale de Corée du Sud. Cette ville connectée et intelligente a été bâtie sur un terrain gagné sur la mer Jaune, près du pont menant à l’aéroport international de la ville.

Selon Lee Ui-Hwan, responsable de la communication du projet, la smart city est un projet visant à faire de cet endroit du monde la première ville verte :

« 99 % des stationnements de la ville sont souterrains, les déchets domestiques sont directement captés des logements pour être envoyés via des canalisations, vers l’usine de recyclage (…) Le système de collecte et de filtration de l’eau de pluie est situé sous le terrain de golf et tous les immeubles sont dotés de panneaux solaires.»

Pour autant, la ville de Songdo se veut pleinement ancrée dans le numérique, de sorte à servir au mieux ses citoyens. Les plaques d’immatriculation des véhicules sont par exemple scannées à la sortie des immeubles afin d’anticiper le trafic routier et ainsi éviter la formation d’embouteillages.

Songo, la ville du futur en Corée du Sud

La sécurité est elle aussi confiée à l’informatique : 500 caméras de surveillances réparties dans la ville sont chargées d’assister les forces de l’ordre… Les images sont analysées par des logiciels chargées de détecter des anomalies et d’alerter la police.

Pour autant, certains relativisent déjà l’aspect écologique de Songdo comme Kim Hwanyong, vice-directeur de l’Université Nationale d’Incheon (dont le père a travaillé à la création de la ville). Pour lui, catégoriser la ville comme verte est d’ores et déjà discutable puisqu’il aura fallu assécher des marais entiers pour en réaliser la construction…

Mouais, moyen écolo tout ça…

Via

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *